"VOEUX" 😟😟 au Dr BOUET

LRAR intitulĂ©e 

«Mon vƓu prioritaire pour 2021 : que l’ordre des mĂ©decins cesse de protĂ©ger les praticiens prĂ©dateurs sexuels et de nĂ©gliger leurs victimes, mineures ou majeures»

Monsieur le Dr Patrick BOUET,

En ce début 2021, je viens vous présenter, de façon tout à fait inhabituelle, mes voeux pour ce nouvel an.

Ils font suite Ă  ce nouveau rapport qu’a publiĂ© notre Cour des Comptes (CdC) le 9 dĂ©cembre 2019 sur l’ordre des mĂ©decins, institution dont vous ĂȘtes le prĂ©sident national depuis 2013. Les 187 pages de ce document, accablantes, ont rĂ©vĂ©lĂ© des dĂ©rives considĂ©rables dans des domaines multiples : 

-activitĂ© juridictionnelle et disciplinaire ; 

-malversations financiĂšre et gestionnaire, appĂ©tit immobilier ; 

-obscurantisme du fonctionnement au quotidien ; 

-rentes de situation pour les conseillers ordinaux nationaux et dĂ©partementaux,           favoritisme familial ; 

-bureaucratisation croissante avec multiplication de rĂ©unions indemnisĂ©es          grassement pour les participant-e-s ; 

-faillite dans l’application de la dĂ©ontologie mĂ©dicale ; 

-manque de vigilance face Ă  la relation mĂ©decins-industrie, 

-etc… 

Et dans le chapitre du « traitement des plaintes pour des faits Ă  caractĂšre sexuel », que je souhaite aborder ici, elle nous livre un diagnostic sombre : l’ordre des mĂ©decins ne prĂ©sente pas seulement des faillites ponctuelles mais une faille systĂ©mique, avec « couverture d’agissements », « irrĂ©gularitĂ©s de procĂ©dures », « nombreux rejets de plaintes » ou « manque de diligence dans le traitement des dossiers ». Une quinzaine d’affaires ont Ă©tĂ© plus particuliĂšrement analysĂ©es. Elles ne reprĂ©sentent qu’une petite partie de la face ordinale inconnue. Elle est peu Ă  peu dĂ©voilĂ©e et mĂ©rite selon moi une enquĂȘte complĂ©mentaire approfondie auprĂšs de l’ensemble des chambres disciplinaires.

A titre d’exemple, je souhaite revenir dans la prĂ©sente sur un des dossiers Ă©clairant mon propos accusatoire : celui d’AndrĂ© HAZOUT, gynĂ©cologue mĂ©dical mĂ©diatique et simultanĂ©ment agresseur sexuel et violeur. Comme vous le savez (et le lirez dans la monographie que je vous prie de trouver ci-joint), sa pratique sexo-criminelle s’est exercĂ©e de 1985 Ă  2006. Durant cette pĂ©riode, l’ordre des mĂ©decins a Ă©tĂ© alertĂ© Ă  plusieurs reprises, avec lettres de dolĂ©ances et plaintes en 1988, 1990, 1995 et 2004 …il a dĂ©cidĂ© chaque fois de rester dans l’immobilisme …

Ce n’est qu’aprĂšs que la justice commune ait Ă©tĂ© saisie que le silence ordinal a cessĂ© …la sanction disciplinaire a Ă©tĂ© prononcĂ©e, alors qu’il Ă©tait Ă  la fois retraitĂ© et mis en examen par notre justice commune.

Et votre conclusion sur cette affaire en octobre 2014 lors de l’interview de Michel CYMES Ă  AlloDocteurs (reproduite en fin du document joint) demeure effarante et inacceptable : vous prĂ©tendez que l’ordre des mĂ©decins, avec son tribunal d’exception, a agi de maniĂšre satisfaisante …alors qu’il a Ă©tĂ© condamnĂ© par la Cour d’Appel de Paris Ă  verser 3.000 € Ă  l’une des dames victimes, « pour avoir couvert les agissements du mĂ©decin pendant de nombreuses annĂ©es »...!

En cette nouvelle pĂ©riode de rupture du dĂ©ni face aux violences sexuelles, je viens donc vous signifier mon vƓu prioritaire pour que ce type de pratique intolĂ©rable ne soit plus exercĂ©e par l’institution ordinale, dans l’attente des changements structurels d’envergure qui seront dĂ©cidĂ©s par ailleurs. 

La santĂ© et le bien-ĂȘtre de nos concitoyen-ne-s, qu’elles-ils soient mineur-e-s ou majeur-e-s, doit retrouver la prioritĂ© sur toute complaisance et protection des professionnels dĂ©viants. L’omerta et le silence confraternels, faisant le choix des agresseurs et criminels sexuels au prĂ©judice des personnes victimes doivent disparaitre de notre champ mĂ©dical et social.

Un tel objectif va entrainer bien sĂ»r des rĂ©flexions et des actions Ă  mener dans l’espace des dĂ©cisions politiques mais il me semble entrainer pour vous un impĂ©ratif incontournable : sortir dĂšs maintenant du dĂ©ni, de l’autosatisfaction, du sĂ©paratisme et du communautarisme professionnels contraires Ă  plusieurs de nos valeurs rĂ©publicaines telles qu’assistance Ă  personne en danger, dĂ©nonciation obligatoire auprĂšs des autoritĂ©s judiciaires (cf article 40 de notre Code de procĂ©dure pĂ©nale) …etc.

Avec diffĂ©rentes associations qui partagent ma dĂ©marche, je reste disponible pour tout dĂ©bat public contradictoire auquel je vous invite. Il aura toute sa place, entre autres, lors des futurs procĂšs de JoĂ«l LE SCOUARNEC qui nous entrainent dans des territoires inconnus de notre histoire judiciaire … oĂč le rĂŽle de l’ordre des mĂ©decins y est Ă©galement questionnĂ©. 

Je vous prie d’agrĂ©er l’assurance de ma considĂ©ration distinguĂ©e. 



 Dr Bernard COADOU

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

SIGNEZ LA PETITION "DISSOLUTION de l'ORDRE des MÉDECINS"

A LIRE EN INTÉGRALE ET SIGNER SUR :  https://www.change.org/dissolutionordremedecins                       Je signe la pĂ©tition pour la diss...