CP MIOP du 13 Mai 2018

COMMUNIQUE de PRESSE


Le 4 mai 2018 l'ordre national des médecins a encore une fois clairement démontré que ses actions sont dirigées par des "intérêts" supérieurs.

Cela n'étonnera personne puisque tous les ordres professionnels ont été créés afin de museler les professionnels récalcitrants.

En cette nouvelle date historique du 4 mai 2018, la chambre disciplinaire nationale du CNOM  ( Conseil National de l'Ordre des Médecins) a rendu son verdict et a condamné le docteur Karine DJEMIL à 6 mois d'INTERDICTION d'EXERCICE de la médecine.

Ce médecin du travail, consciencieux, est condamné pour avoir fait ce pourquoi il exerce. Mais voilà, ce médecin est une femme et, outrage supplémentaire, elle a osé fournir leur dossier médical, ce qui est la Loi, à des femmes harcelées, y compris sexuellement, sur leur lieu de travail.

Ecoutant les seuls intérêts des employeurs à étouffer de sordides affaires, le CNOM, dans son immense mansuétude, a condamné "l'impie" en refusant d'écouter le témoignage de femmes harcelées venues soutenir le docteur DJEMIL.

Fidèles aux principes moraux qui les caractérisent, les ORDRES professionnels n'ont cure de la dignité et de la justice.

Ce nouvel, et n-ième, exemple confirme que les chambres disciplinaires ordinales n'ont pas à exister dans une République, surtout quand cette République se dit être celle des Droits de l'Homme.


Le Bureau du MIOP, le 13 mai 2018

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Lettre au nouveau président de la CDC (Mr MOSCOVICI)

Monsieur  le Président,   C’est avec intérêt que nous prenons acte de votre entrée en fonction à la Présidence de la Cour des Comptes don...